Shõnishin

Le Shõnishin est une technique d’acupuncture d’origine japonaise, établie comme méthode non-invasive (puisque sans aiguilles) depuis le 20ème siècle. Différents petits instruments sont utilisés pour stimuler les récepteurs à la surface du corps.

 

Les systèmes locomoteur, sensoriel et énergétique ne sont pas encore totalement développés au moment de la naissance et des stimuli sont nécessaires afin qu’ils le puissent.

 

De la naissance jusqu’au début de l’âge scolaire, les compétences motrices, sensorielles, sociales et énergétiques se développent étape par étape et chacune de ces étapes ne peut se réaliser que si la précédente est bien terminée/mise en place.

 

Les méridiens jouent un rôle primordial dans ce processus (réseau de communication connectant l’enfant avec le monde extérieur permettant le développement postural, dynamique et comportemental via l’intégration des réflexes et des stimuli.

Ces interdépendances entre compétences motrices, sensorielles et énergétiques ouvrent de nouvelles perspectives de traitement dont des approches thérapeutiques spécifiques, telles que le shõnishin.

Voir également http://www.shonishin.ch

 

Thomas Wernicke a récemment publié un article dans la revue l’Allemagne d’aujourd’hui (2019/3 (N° 229), pages 135 à 145), publiée par les Presses Universitaires du Septentrion. Un extrait est disponible ci-dessous et l’entier de l’article, qui revoit en détails les origines et l’importance du shonishin dans les pays germanophones, est achetable au prix de 4.5 euros sur le site de l’éditeur (https://www.cairn.info/revue-allemagne-d-aujourd-hui-2019-3-page-135.htm?contenu=resume).

 

« Il est bien connu que la médecine japonaise puise ses origines et ses fondements dans la médecine chinoise. Mais au cours des siècles, plusieurs événements marquants se sont produits au Japon et ont façonné la médecine chinoise jusqu’à en faire ce qu’elle est devenue. L’une des principales raisons est une approche de plus en plus critique de la médecine chinoise, de plus en plus marquée à partir du XVIe siècle avec l’arrivée des premiers Européens et le débat sur la chirurgie et l’anatomie occidentales qui a suivi. La diffusion de la médecine occidentale sur la base des sciences naturelles à partir du milieu du XIXe siècle a donné aussi de nouvelles impulsions à la médecine japonaise et enfin, la renaissance de la médecine traditionnelle japonaise par des médecins formés – pour ne citer que quelques événements majeurs. C’est ainsi qu’une tradition médicale indépendante s’est établie au Japon au fil du temps, tout en s’adaptant au contexte socio-économique du Japon moderne, tradition qui peut être sans aucun doute qualifiée de « japonaise ».
Cette tradition médicale inclut également la pratique de l’acupuncture pédiatrique au Japon (shōnishin ou shōnihari). Dans sa forme actuelle, il n’est pas seulement le résultat d’un long développement, mais aussi d’une thérapie récente. Afin de pouvoir classer correctement le Shōnishin dans l’histoire de la médecine japonaise, il est donc utile de jeter un regard rapide sur l’histoire médicale japonaise. »

 

Prendre un rendez-vous